fbpx

Bellyst, un réseau dédié aux instituts et SPAs indépendants


Actualités - Le 7 décembre 2020

Interview de la fondatrice du réseau Bellyst

Lorsque Marie-Laure Brana a imaginé le réseau Bellyst, son objectif était clair: développer une formule accessible pour accompagner les gérants et gérantes d’instituts de beauté et de spas dans le développement de leur activité. Un concept qui n’a pas tardé à rencontrer son public. Fondé en 2018, Bellyst fédère déjà plus de 400 adhérent(e)s et rassemble des milliers de personnes sur Facebook. Une success story sans nul doute liée à l’énergie, mais aussi au sérieux et à l’intégrité de Marie-Laure. Corpoderm tenait à mettre en avant cette partenaire qui contribue chaque jour à installer les esthéticien(ne)s dans leur posture de chef(fe) d’entreprise :

Marie-Laure, comment le concept du réseau Bellyst a-t-il germé dans votre esprit ?

Avant de commencer à travailler sur ce projet, j’ai travaillé pendant 10 ans en tant que responsable formation pour une franchise esthétique. J’avais donc une très bonne connaissance du secteur, et j’avais vraiment envie de me rapprocher des esthéticiennes (précédemment, je travaillais avec des franchisés qui n’étaient pas forcément titulaires d’un diplôme en esthétique). Mais le concept de Bellyst n’a pas émergé en un clin d’œil : j’y ai longuement réfléchi, et je n’ai pas cessé de l’affiner depuis.

Alors par quelles étapes êtes-vous passée pour faire émerger Bellyst ?

Au départ, j’exerçais tout simplement en tant que consultante et je travaillais principalement par téléphone. En parallèle j’avais créé un groupe Facebook sur lequel j’intervenais à titre bénévole. Cette première étape m’a permis de constater que les esthéticiennes indépendantes étaient souvent confrontées aux mêmes types de problématiques. J’ai donc réfléchi à la manière d’apporter des réponses qui soient globales, et que chacune pourrait se réapproprier. Concrètement, je me suis concentrée sur trois éléments clés : marketing, communication et fidélisation client. Je souhaitais aussi apporter plus de visibilité aux instituts et spas indépendants car je trouve qu’ils n’ont pas la visibilité qu’ils méritent ! C’est pour cela que le site Bellyst.com est décomposé en plusieurs espaces :

  • Un espace pro et sécurisé sur lequel les adhérent(e)s peuvent consulter les fiches qui les intéressent en fonction de leurs besoins. Aujourd’hui ces fiches sont présentées sous la forme d’un magazine mensuel téléchargeable et j’informe mes adhérentes de sa parution par newsletter et par une notification sur un groupe WhatsApp.
  • Un espace grand public où tous les établissements du réseau ont leur propre mini-site pour communiquer sur leur entreprise, leurs prestations, leurs offres et même les marques et technologies utilisées.
    Sur cet espace grand public, on peut aussi trouver un blog beauté avec des billets destinés au B to C qui ramènent toujours les lecteurs vers les compétences des esthéticiennes. 

Et qu’est devenu votre groupe Facebook ?

Mon premier groupe existe toujours, et j’ai aussi à ce jour 2 pages Facebook, Bellyst orienté B to C qui est suivi par plus de 18 000 fans, Bellyst-Pro plus modeste avec ses 2000 fans qui s’adresse aux professionnelles de la beauté, et un autre groupe qui lui, est réservé exclusivement aux adhérent(e)s et est dédié aux échanges. Sur ce dernier groupe on peut m’interpeller directement : je sais me montrer très réactive, mais dans une certaine mesure évidemment !
Il faut bien comprendre que l’accompagnement proposé par Bellyst nécessite une attitude pro-active des adhérent(e)s. La formule est accessible économiquement et son efficacité implique un véritable investissement personnel. Pour celles et ceux qui ont besoin d’un accompagnement plus poussé, je sors ma casquette de consultante et je mets en place un coaching personnalisé.

Bellyst a été fondé assez récemment et rassemble déjà plus de 400 membres, comment expliquez-vous ce succès rapide ?

Comme je le disais tout à l’heure, j’ai commencé par animer un groupe Facebook. Pendant 4 ans, j’ai partagé mes conseils de manière totalement bénévole : je bénéficiais donc d’une véritable reconnaissance et d’une solide notoriété quand j’ai lancé Bellyst. La preuve c’est que j’ai réuni les 120 premières adhérent(e)s en seulement 72 heures ! Mais ce qui séduit vraiment les adhérent(e)s, ce sont mes valeurs personnelles, à savoir la proximité, la réactivité et une énergie à toute épreuve que je suis toujours prête à partager ! Je suis très présente au quotidien : on me compare souvent à une sorte de mentor ou encore à un manager virtuel. Je n’hésite pas à faire sortir les adhérentes de leur zone de confort et je ne les caresse pas toujours dans le sens du poil… mais c’est toujours pour les tirer vers le haut.

Justement, l’année 2020 a été particulièrement éprouvante, quel rôle avez-vous joué auprès des membres votre communauté ?

Lors du premier confinement, beaucoup de personnes sont d’abord passées par une phase de sidération… Mais ça n’a pas été mon cas ! Dès les premiers jours (et les premières nuits pour tout vous dire…) j’ai cherché des solutions pour éviter la catastrophe. Je les ai donc incité(e)s à tisser et à maintenir des liens avec leur clientèle : puisqu’elles avaient du temps, il fallait en profiter pour faire ce qu’elles remettaient toujours à plus tard. Apprendre à faire des newsletters sans tomber dans un discours mercantile malvenu en cette période, mais plutôt proposer des conseils beauté, des tutos bien-être ou encore des activités à faire avec les enfants. Dès le début, je leur ai aussi suggéré de s’organiser pour faire de la vente à distance en déposant leurs colis dans les commerces autorisés. C’était du Click & Collect avant l’heure… et à l’époque certains ont crié au scandale, mais il fallait maintenir un minimum de chiffre, et leur éviter à tout prix de mettre la clé sous la porte ! Depuis, la formule a fait des émules… Donc pour le second confinement, je leur ai conseillé d’y aller à fond : pour booster les ventes, je les ai poussés à faire des lives et ça a bien fonctionné… Même si ça n’a pas été facile… faire un live, c’est délicat et ce n’est facile pour personne, mais il faut savoir faire avec les outils qu’on a sous la main. Quand on y croit, on peut faire beaucoup avec de petits moyens !

Le bilan du confinement n’est donc pas trop lourd pour les membres du réseau Bellyst ? 

Evidemment, ça n’a pas été facile. Mais très franchement, il y en a qui s’en sont très bien sortis, et d’une certaine manière les membres du réseau Bellyst ont tiré profit de cette situation en apprenant à développer leur chiffre d’affaire sur les ventes. En temps normal, un institut peut atteindre son seuil de rentabilité avec un seul type de prestation (comme l’épilation), et certaines opportunités sont souvent négligées. Ça leur a permis d’en prendre conscience.
D’ailleurs, pendant l’été, j’ai continué sur cette lignée en les incitant à développer leur chiffre sur les soins bien-être, minceur, ou jeunesse, qui nécessitent la mise en place de parcours de soins en plusieurs étapes, et permettent aussi des ventes additionnelles. Donc on peut dire que malgré tout, cette crise aura eu certains effets positifs… Mais attention, il faut bien considérer que nous avons bénéficié à chaque fois de conditions de reprises très favorables : avant l’été, la demande en épilation était énorme, et à présent on est dans la période des fêtes…

Après une telle année, quelles orientations allez-vous proposer pour 2021 ?

Pour l’instant, je les fais travailler sur leur plan marketing et sur le prévisionnel. L’idée c’est d’avoir une vision globale à long terme, et en parallèle de travailler précisément sur les 3 mois à venir. Je leur demande d’avoir le courage d’envisager les conditions les meilleures comme les plus difficiles… histoire de ne se laisser prendre au dépourvu quoi qu’il arrive !
On vit une époque d’instabilité où il peut être contre-productif de trop se projeter dans l’avenir. Les qualités requises pour dépasser les défis qui nous attendent sont plutôt la souplesse, la réactivité et la créativité… sans oublier une bonne dose d’optimisme ! Aujourd’hui, être chef(fe) d’entreprise exige une véritable faculté de résilience…

Et en tant que fondatrice du réseau, quel sera votre challenge dans les mois à venir ?

Le challenge que je me suis fixé, c’est de leur faire mesurer les enjeux d’une bonne communication et de les aider à développer une communication de qualité. Site Internet, réseaux sociaux, newsletters, plaquettes ou encore cartes de fidélité… chacun de ces outils est important et doit être pensé en cohérence avec les autres. A eux tous ils composent l’image de leur institut, et leur impact sur l’acquisition et la fidélisation des clients est déterminant. Je travaille déjà depuis longtemps avec une agence de communication qui a développé des outils graphiques sous forme de gabarits à personnaliser, mais je veux aller plus loin et mieux formaliser et cadrer leur utilisation. C’est très important pour moi car l’image de chaque établissement contribue à celle du réseau dans son ensemble, et même à celle du secteur esthétique dans sa globalité !

C’est une vision très juste… Merci Marie-Laure de la partager avec nous, l’équipe Corpoderm est ravie de vous compter parmi ses partenaires.

Showrooms & centres de formation

  • Bordeaux
  • Chartres
  • Lyon
  • Paris
  • Marseille
  • Toulouse

Newsletter